• Visiteur(s) en ligne : 1
  • |
  • Visiteurs total : 3149692

Economie

Mis en ligne le 19/10/2006

La Wallonie se positionne sur le marché européen des biocarburants

En tant que ministre de l’Economie, de l’Emploi, et du Commerce extérieur, J.C. Marcourt se réjouit de l’évolution du dossier Biowanze.
Depuis l’ouverture du dossier et la constitution du syndicat d’étude que le Ministre Marcourt pilotait, la collaboration entre les différents acteurs du dossier a été parfaite.
Pour la Wallonie, avec la décision du gouvernement fédéral relative aux biocarburants, l’essentiel est acquis.
Les usines de bioéthanol et de biodiesel de Wanze et Feluy disposent désormais d’une base de marché national et peuvent envisager un développement de longue haleine.

En bioéthanol, l’usine de Wanze est déjà en chantier, ce qui montre sa confiance dans l’avenir de la filière.
Les nouvelles embauches en cours témoignent aussi d’une volonté de développement.
La décision du gouvernement fédéral attribuant un quota de 125 millions de litres durant 6 ans à BioWanze conforte cette avancée dans la nouvelle filière agricole et industrielle.
L’ampleur de l’investissement programmé en fait un enjeu de taille pour l’avenir de toute l’économie régionale.

Le département de l’Economie wallonne se montrera disponible pour compléter la part qui lui revient dans le dispositif d’accueil de l’investissement.

En biodiesel, des quotas ont été attribués pour une année.
Avec les 125 millions de litres obtenus pour cette période, Neochim à Feluy est prête à servir le marché sans délai, l’industriel ayant opté pour réaliser son investissement sans attendre la mise en œuvre de la défiscalisation.
Ce quota d’un an augure évidemment d’une suite équivalente qui sera réservée au dossier Neochim après le nouvel examen par la Commission administrative des biocarburants.

Pour Jean-Claude Marcourt : «Il s’agit là d’une opportunité pour le développement économique, pour l’agriculture, pour l’emploi. La Wallonie se place désormais en ordre utile dans la politique européenne des biocarburants. Les deux entreprises concernées devraient en effet être largement exportatrices.»