• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3171142

En Ville

Mis en ligne le 22/09/2006

Royal Sélis Plazza Crowne Hotel 5 *


Cette fois, on y est. Liège aura bel et bien son hôtel 5 étoiles « Le Royal Sélis » de la chaîne internationale « Plazza Crowne Hotel », à l’angle de la rue Mont Saint Martin et de la rue de la Montagne.
En effet, c’est ce jeudi 21 septembre au matin que les premiers mouvements de pelle mécanique ont été donnés au pied de la rue de la Montagne, en fait, rue Basse-Sauvenière, là où se situera le centre de bien-être (piscine spa, sauna, salle de fitness etc...) de l’hôtel qui devrait être ouvert au grand public en février 2009 et dont l’entrée se trouve rue Mont Saint-Martin.
Et même si l’on a vu les lieux, le bourgmestre Willy Demeyer et l’échevin de l’Urbanisme, du Tourisme, de l’Environnement et du Cadre de vie, Michel Firket, il ne s’agissait pas d’une opération électorale avec discours, petits fours, et verre de l’amitié après l’allocution d’usage.
C’est que dans le cadre de ce chantier, dont les investissements sont de l’ordre de 27 millions d’euros (1,080 milliards d’anciens francs), il n’y a pas de place pour le « barnum ».
En effet, pour les investisseurs le temps c’est de l’argent. Et si l’on a déjà perdu un peu de temps suite à un recours des riverains (les problèmes ont été résolus depuis et tous les certificats d’urbanisme délivrés en bonne et due forme), il faut le rattraper.
Par ailleurs, l’entreprise liégeoise qui a démarré les travaux ce jeudi a aussi dû attendre qu’un poteau électrique soit déplacé et que le problème du parking pour deux véhicules du parquet de la Jeunesse soit résolu.
Pour connaître d’autres détails sur ce projet qui est entré dans sa phase active, nous vous conseillons de lire l’article que nous avons écritle 24 avril dernier.

Fouilles archéologiques


Comme c’est maintenant prévu sur chaque chantier situé à proximité d’endroits historique (et ici nous sommes au pied de la muraille notgérienne), des fouilles archéologiques auront lieu durant 6 mois, dès que le bâtiment (celui à l’angle de la rue de la Montagne déclaré insalubre depuis de nombreuses années) et les constructions attenant au terrain du futur hôtel auront été rasés. Ces fouilles ont un timing bien précis, mais d’autres fouilles pourront cependant être réalisées pendant les travaux d’aménagement et de construction de l’ensemble de l’hôtel.
Et si l’on y trouvait des pièces archéologiques de première importance ? « Celles-ci seraient exposées dans le cadre de l’hôtel comme cela a déjà été prévu… » dira Pierre-Charles Berryer l’administrateur délégué et : «d’autres pièces trouveraient évidemment leur place, notamment au Grand Curtius » ajouta le bourgmestre.

Rue de la Montagne et Basse-Sauvenière

A l’endroit où les travaux ont débuté ce jeudi, on trouvera donc le centre de bien-être (wellness), et son entrée, une entrée pour les clients de l’hôtel qui ne souhaitent pas gravir la rue de la Montagne, et l’entrée d’un petit parking d’une dizaine d’emplacements, pour le personnel.

Concernant le parcage des véhicules des clients de l’hôtel, Pierre-Charles Berryer a précisé que les investisseurs venaient d’acquérir le terrain de la SNCB situé en face de la rue Mont Saint-Martin et qu’il pourrait y construire (entre autres) en sous-sol, un parking d’environ 300 places.
En ce qui concerne la hauteur du bâtiment qui sera construit rue Basse Sauvenière, celui-ci a été revu à la baisse d’un étage. En outre, une sorte de verrière lumineuse de 6 mètres sur 6 permettra d’avoir une vue sur les remparts et la tour de l’hôtel de Sélys, à l’angle des rues Basse-Sauvenière et de la Montagne. Par ailleurs, venant de la rue Mont Saint-Martin et en descendant la rue de la Montagne, une vaste baie de 4,50 permettra d’avoir une vue magnifique sur les jardins, mais aussi sur la muraille et les deux tours, celles des anciens hôtels de Sélys et des Comtes de Méan.

Un dossier rapidement bouclé et une aubaine pour la ville


On ne le répètera jamais assez, si une société hôtelière du niveau des « Plazza Crowne » de la chaîne internationale « Intercontinental Hôtels Group » suit le projet d’un investisseur de s’installer – avec la garantie d’y rester au minimum pour 25 ans, dans un endroit bien précis – c’est que les études de marché qu’elle a consenti avant, sont positives. Dans ce domaine, on ne s’embarque pas sans biscuits. Et surtout si en plus, il s’agit d’un hôtel 5 étoiles.

Dans tous les cas, la construction de cet hôtel ne pourra être que bénéfique pour la Ville puisqu’en plus de la centaine d’emplois à temps plein, cet hôtel générera évidemment d’autres emplois indirects, mais aussi des retombées financières directes (pour les taxes communales) évaluées à quelques 900.000 euros par an.
C’est évidemment sans compter la valorisation du site Mont Saint Martin et Basse Sauvenière ; l’opportunité d’accueillir les personnes en lien avec des sites industriels, scientifiques et culturels ; la revalorisation de notre qualité d’accueil touristique lié ou non aux manifestations culturelles (Country Hall, Opéra, Forum, Francofolies, Théâtre de la place, musées, Salle Philharmonique) et sportif (Spa Francorchamps).
Cet hôtel s’inscrit indubitablement dans le contexte du redéploiement économique de Liège tout comme le nouveau site de Bavière (dont on verra très bientôt du neuf sur le terrain), la nouvelle gare des Guillemins-TGV, le Grand Curtius, la future Médiacité, l’aéroport de Bierset…
Ce qui est aussi important à souligner dans l’opération « Royal Sélis » c’est, qu’entre le moment où les investisseurs ont communiqué leurs intentions , c'est-à-dire le 9 septembre 2005 et le premier coup de pelle mécanique, il s’est écoulé moins d’un an.

Comme nous le confiera Pierre-Charles Berryer : « C’est vrai qu’ordinairement pour obtenir tous les permis d’urbanisme et dans le cas qui nous occupe, puisqu’il s’agit aussi d’un site historique, d’obtenir le certificat du Patrimoine, il faut en général entre un an et demi et deux ans. Je ne peux d’ailleurs que remercier le bourgmestre Willy Demeyer, l’échevin Michel Firket et le ministre Jean-Claude Marcourt, pour l’aide qu’ils nous ont apportée dans la finalisation du dossier. Mais je crois vraiment que ça en vaut la peine pour Liège »
Profitons-en pour dire que c’est aussi la société de Pierre-Charles Berryer qui vient de se porter acquéreur de la Grand’Poste, pour laquelle plusieurs projets sont possibles. Mais dans tous les cas, nous confiera-t-il, « quel que soit le projet que nous déciderons de réaliser, ce sera aussi dans le but de donner à Liège, de nouveaux atouts. ». Avec tout ce qui est actuellement en cours à Liège, c’est évidemment un fameux signal pour les investisseurs.

Vous pouvez aussi visiter le site du « Royal Sélis » sur : www.royal-selys.com

Gaston LECOCQ

Les photos de haut en bas:

- Le début des travaux vu du bas de la rue de la Montagne (boulevard de la Sauvenière) où l'on aperçoit déjà la fameuse tour qui sera visible dorénavant. L'immeuble du coin sera vite rasé.

- Vue intérieure avec la tour de l'Hôtel de Sélis Longchamps

- Ce que verront les passants en descendant la rue de La Montagne

- Image virtuelle de la façade de l'Hôtel "Royal sélis"

- Trois hommes heureux, de gauche à droite: Michel Firket, Pierre-Charles Berryer et Willy Demeyer



- La photo ci-dessous:
Vue virtuelle de l'ensemble présentée en avril dernier. Avec les modifications prévues dans les permis, le volume des constructions en bordure de la rue Basse-Sauvenière seront moins haut d'un étage et un peu plus étroits. Par ailleurs, une baie s'ouvrira à hauteur des jardins le long de la rue de la Montagne.
Enfin, quant à la présentation de l'aménagement du quartier (en face de l'hôtel) où se situera d'ailleurs le parking en sous-sol, il sera aussi modifié. Nous vous le présenterons dès qu'il sera finalisé, mais on nous assure qu'il se fera bel et bien.