• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3099582

Reportage

Mis en ligne le 17/09/2006

Fêtes de Wallonie à Liège : 2ème


Le deuxième jour des « Fêtes de Wallonie » à Liège était presque exclusivement consacré au folklore et à la gastronomie du Pays de Liège, avec notamment le cortège qui, pendant plus de deux heures a parcouru le centre ville avant de revenir dans la cour du Palais. Un cortège qui regroupait quelques 28 confréries, regroupées sous l’égide de la de l’Union des Groupements du Folklore Gastronomique de la Province de Liège.
Une belle parade en quelque sorte de presque tout (ils n’ont pas pu tous venir évidemment) ce que le Pays de Liège peut offrir soit en matière de défense de notre terroir et de ses innombrables possibilités gastronomiques à défendre, à préserver et à faire connaître.
Pour animer ce cortège, quelques grandes fanfares de qualité comme celle de Saint-Pholien, celle de Stavelot, le DMA Band ou encore les « Choffleux d’buses » de La Roche qui ouvraient la marche.(photo ci-contre)
Comme chaque année, à la dislocation du cortège dans la cour du Palais, alors qu’un membre de chaque confrérie avait pris place sur la scène du chapiteau, a eu lieu la remise du Prix Louis Stappers, récompensant celui ou celle qui durant l’année écoulée avait particulièrement bien œuvré dans le domaine du folklore ou du tourisme.

Claude Delettrez et ses marionnettes

Ce sont les députés permanents Olivier Hamal et Paul-Emile Mottard qui ont remis le « Prix Stappers 2006 » à Claude Delettrez, artisan fabricant de marionnettes. (photo ci-contre)

Comme le dira Olivier Hamal : « Claude Delettrez a tout d’abord été Maître verrier à Verviers. Il a ensuite ouvert, avec son père, un théâtre de marionnettes : « les nouveaux cuirassiers ». A la suite d’un pari, il se lance dans la fabrication de marionnettes. En 1974, au décès de son père, il arrête son théâtre et se consacre entièrement à la fabrication de ces petits hommes de bois lui permettant ainsi de défendre le folklore liégeois. Les marionnettes de Claude Delettrez se retrouvent dans le monde entier et certaines célébrités bien connues, telles que Jean-Marie Leblanc et d’autres en possèdent au moins une. ».
Mais cette cérémonie bien sympathique fut suivie d’une autre tout aussi sympathique qu’inattendue.
En effet, Paul-Emile Mottard a profité de la présence de Michel Elsdorf, le patron de «Noir Dessin Production », pour lui rendre hommage pour les services rendus à la cause non seulement du folklore, mais aussi des traditions et de la langue Wallonne. Pour l’ensemble de son travail d’éditeur et d’auteur, mais également pour son dernier « travail », à savoir, sa participation à la publication d’un album de Tintin en wallon de Liège : « L’èmerôde dal Castafiore » dont la sortie avait été justement prévue pour les « Fêtes de Wallonie ».(photo ci-dessous)

Nous vous parlerons de ce nouvel album prochainement. Mais alors qu’il ne s’y attendait pas non plus, ce fut alors à Michel Elsdorf de remettre à Paul-Emile Mottard, une planche agrandie de l’album sur laquelle le député permanent apparaît dans la bande dessinée traduite en wallon de Liège. Sympa non ?


Ce qui est moins sympa c’était d’entendre sur notre chaîne publique, pratiquement à chaque bulletin d’information, qu’il se passaient des choses à Namur et à Bruxelles. Mais à propos des fêtes liégeoises : bernique. Comme si nous n’existions pas. L’argent des Liégeois, que l’on sache, tombe aussi dans l’escarcelle de la RTBF.
Ceci dit, nous vous invitons à suivre en photos, quelques moments du cortège et des festivités dans la cour du palais.

Gaston LECOCQ

LA FETE EN IMAGES


La Confrérie des "Maîsses Houyeûs Dè Payis d'Lîdge : basé au domaine de Blegny-Mine, ils défendent le "Pèkèt des Houyeux", mais aussi et surtout la mémoire du passé minier qui fut une fameuse richesse du Pays de Liège


La Confrérie de la Seigneurie de la Vèrvi-Riz, qui, comme son nom l'indique, défend la tradition de la vraie tarte au riz de Verviers.


La Confrérie du Choupin, avec à sa tête André Viatour qui défend la tradition de tourtes au choupin, un légume de chez nous et qui était quelque peu tombé dans l'oubli.


La Confrérie du Gay Boulet, défend les valeurs d'une des quintescences de la cuisine liégeoise, le fameux "Boulet à la liégeoise"


La Confrérie des Discipes Da Charlemagne défend la bière de Jupille et qui s'implique dans pas mal d'oeuvres caritatives ou à caractère social


La première confrérie liégeoise du 3ème Millénaire, li "Confrèrèye del Tièsse di Vê" qui défend la promotion de la vraie tête de veau à la liégeoise, 100 % pur veau.


Jean-Denys Boussard et ses amis de la Commune Libre de Saint-Pholien des Prés qui défend toutes les traditions wallonnes.


Li Confrêrèye des Peûres di Sint R'Mèy, défend la tradition de la poire typique du plateau de Herve, sans laquelle il n'est aucune bonne "Cutè peure" d'amon nos ôtes"


Les représentants de toutes les confréries à l'honneur sur le podium.


Un public nombreux attend la proclamation du Prix Louis Stappers, preuve que cela intéresse nos binamèyes d'jins.


Après le cortège, les gosiers sont secs, alors on a bien le droit de prendre une petite collation bien méritée.


Le stand de la République Libre d'Outremeuse a évidemment attiré les amateurs de pèkèts, mais aussi ceux qui souhaitent offrir un petit cadeau typique de chez nous, comme une marionnette par exemple...


Les enfants étaient aussi de la fête, comme ici, nombreux au stand de "Liège-Province Culture", à s'initier au modelage


On faisait la file pour se faire dédicasser ou acheter l'album de Tintin en Wallon de Liège.





Photos G. Lecocq