• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3171836

Cinéma

Mis en ligne le 02/09/2006

Le cinéma de Jean Detheux

L’art numérique, c’est fascinant, c’est pratique, c’est d’aujourd’hui et de demain. Imaginez : vous vous trouvez dans votre living et au mur, un écran plat. Certes, il peut servir d’écran de télévision et vous emmener aux quatre coins de la planète ; il peut aussi vous servir pour Internet …mais dans ce cas précis, il s’agit d’un écran qui vous permet d’admirer les dernières œuvres picturales numériques ou encore de courts films d’animation, véritables petits chefs d’œuvre mêlant dans une symbiose unique, la musique et l’art contemporain issus des techniques les plus actuelles. L’ONF (Office National du Film du Canada) ne s’est pas trompé lorsqu’il dit : « On pourrait être tenté de croire que le cinéma d’animation abstrait est une curiosité appartenant à une modernité déjà loin derrière nous. Pourtant le cinéma d’animation non narratif traverse une période faste, portée par des innovations technologiques qui permettent un formidable renouvellement de l’imagerie et des processus de création ».
Et effectivement, nous venons de nous en rendre compte dans un DVD intitulé « Matières Vives » que l’ONF vient de mettre sur le marché et sur lequel on trouvera 9 créations de 7 réalisateurs géniaux.
Mais direz-vous, pourquoi parler ici d’un DVD produit par l’ONF ? Simplement parce que l’un de ces réalisateurs, dont nous vous avons déjà parlé à maintes reprises, n’est autre que le Liégeois, Jean Detheux, artiste peintre, auquel ont doit deux courts métrages d’animation en 2D numérique « Liaisons » et « Rupture ». Une oeuvre numérique interpellante accompagnée d’une musique qui colle vraiment à l’œuvre composée et exécutée par Jean Derome.
Ces deux films ont été présentés en octobre dernier au Festival du Nouveau Cinéma (FNC) de Montréal, ainsi qu’au Festival du Film d’animation d’Ottawa antérieurement, au festival de
Bilbao et également au "New Music and Art Festival" de Bowling Green, dans l'Ohio (USA). La semaine dernière, Jean Detheux était au « Festival International d’Animation » à Londres.

«Liaisons » et « Rupture »


« Liaison », d’une durée de 9 minutes et 92 secondes, vous plonge instantanément dans un monde imaginaire. On a l’impression de vivre les tous premiers moments de la création de la vie sur la terre. L’œuvre de Detheux a ceci d’assez extraordinaire (et c’est la technique qui le permet) c’est de pouvoir revenir en arrière ou de ralentir le mouvement pour encore mieux s’imprégner de l’œuvre, de s’y plonger, voire de vivre avec elle. Une chose qu’il serait impossible à faire avec l’œuvre du plus grand des peintres actuels ou passé. Par ailleurs, la musique de Jean Derome (fort proche de la musique dodécaphonique ou sérielle, proche aussi d’harmoniques à la Pierre Henry, Boulez ou Pousseur avec une pointe de chamanisme originel), soit elle accompagne soit elle précède ou encore devance ce que Jean Detheux a voulu exprimer. On sent qu’il y a vraiment une complicité, même plus, entre les deux artistes ce qui en fait un tout, une « liaison » de plus parmi les autres liaisons formant un tout naissant.
Ce premier opus de Jean Detheux qui ne devrait laisser personne indifférent ou insensible, semble vouloir répondre à une de nos questions existentielles : « D’où venons-nous ? » C’est dans tous les cas, ce que j’ai ressenti après avoir regardé une bonne vingtaine de fois « Liaisons ». Et Jean Detheux d’en dire : «Liaisons a été fait en premier, d'une façon très inusitée: j'ai d'abord fait une animation muette de 30 secondes, et ensuite Jean Derome a fait une musique pour elle. J'ai pris cette musique et ai fait de nouvelles images pour elle, Jean a pris les nouvelles images et leur a donné une nouvelle musique. J'ai pris cette nouvelle musique et lui ai donné de nouvelles images, et ainsi de suite jusqu'à ce que nous ayons environ 50 minutes de matériel original. Ce processus a été comparé aux "cadavres exquis" des surréalistes, j'accepte la comparaison. ».
Mais de notre côté, nous pourrions aussi qualifier l’œuvre de Jean Detheux, qu’elle soit statiques (ses œuvres statiques numériques sont aussi à découvrir) ou animées « d’expressionnisme abstrait », même si pas tout à faut aussi abstrait que certains voudraient le dire.

« Rupture », d’une durée 3minutes et 17 secondes, toujours accompagné de l’excellente musique de Jean Derome est en quelque sorte la suite de « Liaison ».
C’est nous qui utilisons ici ce vocable de « suite », parce qu’il nous semble que l’on quitte un état pour un autre. En effet, tant « liaison » peut-être considéré comme une approche du bouillonnement magmatique et informe qui a engendré la « vie » de toutes choses et de tous les états, (solides, liquides, gazeux), tant « Rupture » peut vouloir dire que l’on quitte cet état de pré matière informe pour en arriver aux premières formes définissables ou indéfinissables de ce qui existe. Il s’agit donc bien là d’une « rupture » en quelque sorte. C’est tout aussi passionnant que « Liaison ». Et à propos de rupture, Jean Detheux explique : « Une fois Liaisons terminé, mon producteur (Marcel Jean) m'a demandé de faire un autre film, plus court (il pensait 2 1/2 minutes) et différent, mais en me servant des chutes du premier, sans réellement créer de nouveau matériel. Pour des questions de budget, il fallait que le film soit terminé avant la fin de l'année fiscale, ce qui me donnait quelques semaines seulement pour le faire! Je pouvais facilement travailler sur la durée, mais même plus court, les résultats ressemblaient trop à un Liaisons simplement raccourci. Il me fallait trouver autre chose sans faire de nouveaux dessins (pas de temps, ni de budget). C'est alors que j'ai eu l'idée de jouer avec des caches ("garbage mattes" en anglais) et ça a donné Rupture (qui est bien différent de Liaisons même si il est en fait "tissé" avec le matériel de Liaisons). »

Le DVD


Présenté dans un pratique coffret en aluminium « Matières vives » comporte, outre les deux créations de Jean Detheux, « Liaisons – Rupture », deux œuvres de Chris Hinton (dessins sur papier assisté par ordinateur) « Cnote – X Man » ; une œuvre de Karl Lemieux (dessins sur pellicule) « Mouvement de lumière» ; une de David Rimmer (dessin sur pellicule et refilmage) « Cathering Storm » ; « PSSST » de Anne-Marie Sirois utilise le dessins sur papier ; Théodore Ushev » présente lui aussi une animation numérique en 2 D portant le titre de « Tower Bawher » ; tandis que Steven Woloshen, fait la part belle à Dave Brubeck et son quartet avec « Camera Take Five », dessins et gravure sur pellicule.
Ce DVD qui vous permet de découvrir chaque œuvre individuellement est également accompagné d’une version commentée en français ou en anglais par Marco de Blois, Pierre Hébert et Marcel Jean.
Vous pouvez l’acquérir au prix de $29,95 au Canada, ou 36,95 € en vois adressant à l’Office Nationale du Film Canadien (ONF) par Internet à l’adresse : www.onf.ca/boutique

Le DVD


Né à Liège en 1946, Jean Detheux suit les cours l'Académie royale des Beaux-arts et à l'Institut supérieur d'architecture de Liège. Il est un des élèves de Joseph Louis, un professeur pour lequel il voue une admiration sans bornes. Viscéralement pacifiste, Jean Detheux refusera de faire son service militaire et émigrera aux Canada en 1971. Jusqu’en 1984, il poursuit une carrière d'enseignant dans diverses écoles d'art au Canada et aux Etats-Unis et notamment à la « New York University », à la "Parsons School of Design" mais surtout à la « New York Studio School of Drawing, Painting and Sculpture. »
Il expose en groupe ou en solo, tant en Belgique qu'en Amérique du Nord. Il est élu en 1981 membre du Cercle Husserl. En 1996, affligé de graves allergies causées par le matériel d'artiste (peintures, solvants, pigments) qu'il utilise, il doit laisser ses pinceaux et son chevalet. Le MAMAC de Liège lui consacrera quelques semaines en 2000. Après une période de déprime bien compréhensible pour un créateur, Jean Detheux se tourne vers un nouvel outil : l’ordinateur. Commence alors une nouvelle vie, celle de la peinture virtuelle, sur écran. Après une intense période de créativité, il produit alors des œuvres d’art numériques animées et musicales, du véritable cinéma d’art et d’animation. Il vit aujourd'hui à Montreal. L’Office Nationale du Film duCanada qui ne s’y est pas trompé a reconnu le talent de Jean Detheux et lui a donné les moyens de poursuivre son oeuvre.


* Si vous souhaitez découvrir les œuvres de Jean Detheux : nous vous conseillons de visiter les sites suivant :www.vudici.net ou encore: www.perth.igs.net/~jcydp ou bien: www.nondidjuti.net





Gaston LECOCQ