• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3149831

Société

Mis en ligne le 30/07/2006

Liban : Cana , deux massacres en 10 ans
























Il est vraisemblable que, comme nous, vous ayez appris que, dans la nuit de samedi à dimanche, le village de Cana, au sud Liban a été la cible de bombardements et des missiles guidés de l’aviation israélienne.
Le bilan est lourd, plus d’une soixantaine de morts et, pour la plupart, des femmes et des enfants (il y en aurait 34). Leur seule erreur : ils n’ont pas pu évacuer le village que les Israéliens considèrent comme étant une base des combattants (c’est ainsi que de nombreux soldats israéliens les nomment) du Hezbollah. Alors, ils ont été purement et simplement assassinés, éliminés, effacés. Certains diront qu’il s’agit de dommages collatéraux. Il parait que Tsahal (l’armée israélienne) avait lancé des prospectus aux habitants pour les avertir de l’imminence d’un bombardement.
Depuis le début de l’agression israélienne contre le Liban lancée le 12 juillet dernier, plus de 500 civils ont été tués et la plus grande partie des infrastructures industrielles, civiles, hospitalière du Liban détruite. Tout ça parce que deux soldats israéliens ont été capturés par le Hezbollah.
Dans les années 40, beaucoup s’en rappellerons, lorsque les résistants, en Belgique, en France… s’en prenaient aux soldats nazis, les SS ne se gênaient pas non plus pour raser quelques villages et éradiquer leur population. Ils ne se sont pas gênés non plus pour raser ce qui était le « ghetto de Varsovie ». Tout le monde a dès lors qualifié ces actes de « crime de guerre ». Qu’Israël dès lors ne s’étonne pas que l’on qualifie de la même manière ce qu’elle est en train de faire au Liban. Pourquoi deux poids, deux mesures ? Ceci dit, il est temps que tout cela s’arrête, sur le champ, sans conditions de part et d’autres.

Il y a un peu plus d’un demi-siècle, les Etats-Unis ont décidé de boycotter Cuba, parce que la nouvelle équipe au pouvoir, ceux qui avaient eu l’audace de faire fuir le dictateur Batista, avaient décidé de nationaliser leurs richesses intérieures. Pourtant, à l’époque, pas un sang américain n’avait été versé et une grande partie du monde occidental avait suivi les USA. Ce boycott existe toujours d’ailleurs.
Aujourd’hui, alors qu’on déplore des centaines de victimes dans un conflit dont l’absurdité a atteint des sommets jamais atteint, alors que le citoyen lambda se demande s’il y a encore quelqu’un de censé sur cette planète, les Etats-Unis, dont on connaît les liens très étroits avec l’état d’Israël se sont contenté de dire qu’il était trop tôt pour un cesser le feu.
De son côté, ce dimanche, le premier ministre israélien Ehud Olmert a exprimé sa "grande peine" au nom de l'Etat d'Israël et de l'armée après la mort de civils à Cana, tout en précisant qu'il n'avait pas l'intention de porter un coup d'arrêt à l'offensive militaire israélienne. "Nous ne mettrons pas fin à cette bataille, en dépit des incidents difficiles de ce matin", a-t-il dit. "Nous poursuivrons l'activité et si nécessaire, elle sera" étendue "sans hésitation". Et cela avec l’aval et le soutien des Américains, mais également des Britanniques et la complaisance de l’Union Européenne qui suit évidemment le grand timonier américain.




















Bravo messieurs, fameux courage…Que des femmes et des enfants meurent cela n’a pas l’air de vous émouvoir. Evidemment, ce ne sont que des Libanais…mais si ça se passait chez vous où en Israël…quel chahut vous feriez. Si j’étais à votre place, mais il faut pour cela avoir un fameux courage et avoir de fameuses c…. demain matin je démissionnerais de mes fonctions richement rétribuées, pour n’avoir pu faire respecter quelques articles élémentaires de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
Nous espérons que Cana, comme d’autres villes ou village martyrs restera dans la mémoire collectives avec deux dates : 18 avril 1996, 105 civils tués par un bombardement israélien, 23 juillet 2006, 60 civils tués dans un bombardement israélien.
Pour suivre au jour le jour la situation catastrophique dans lequel se trouve le Liban nous vous conseillons de livre, sur Internet, les informations du journal francophone libanais « L’Orient - Le Jour » sur son site : www.lorientlejour.com

Les Photos de l'AFP Journal Internet, se passent de commentaire.





Gaston LECOCQ