• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3147481

Politique

Mis en ligne le 26/07/2006

Non à l’agression et à la barbarie


Malgré les vacances, malgré la chaleur, malgré l’appel lancé seulement il y a deux jours par Nagi SABBAGH- Président du Centre Culturel Arabe en Pays de Liège (CCAPL), un mouvement laïque relayant le « Comité de soutien au peule libanais », ils étaient mardi en fin de journée, près de 300 à venir dire « Non à l’agression et à la barbarie ».
Ils se trouvaient place du Marché : des femmes, des enfants, des jeunes, des vieux rassemblés pour dire tous la même chose : « Que cesse l’agression d’Israël contre le Liban » au pied de notre Perron, symbole des libertés du Pays de Liège.
Une manifestation pacifique, presque spontanée avec des drapeaux belges, palestiniens et libanais. Et si certains ont été quelque peu choqués de voir un drapeau rouge du M.A.S (Mouvement pour une alternative socialiste) et parlaient de « récupération politique », d’autres auraient été sûrement heureux d’y voir flotter des drapeaux du PS ou d’autres mouvements politiques ou syndicaux…mais il n’y en avait pas.

C’est vrai que nous sommes en vacances, mais c’est vrai aussi qu’à moins de 5000 km d’ici, des femmes, des enfants, des vieillards meurent chaque jour sous les bombes de Tsahal venus récupérer deux des leurs capturés par des militants du Hezbollah.
Alors que la diplomatie internationale (excepté peut-être la France qui ce mardi a pris quelques distances), aux ordres du président Bush tergiverse et laisse continuer l’agression, quelques courageux Liégeois et Liégeoises, des membres de la communauté libanaise de Liège et environs, des membres de la communauté arabe également, ont voulu, à leur manière, faire pression sur les « politiques ». Excepté l’un ou l’autre conseiller communaux ou provinciaux, on n’en a pas vu énormément mardi place du Marché.

Pour Nagi Sabbagh, qui a pris la parole pendant quelques minutes, ainsi que pour le « Comité de soutien au peuple libanais », le message est simple : « Face au massacre de la population libanaise, à la violation du droit international et à l’agression israélienne qui perdure, le « Comité de soutien au peuple libanais » appelle aujourd’hui tous les démocrates, conscients de la tragédie, à faire pression sur nos politiciens et à les faire sortir de leur mutisme. Il faut un cesser le feu et un retrait immédiat de l’armée israélienne du Liban. Il faut dire non à l’agression et à la barbarie… » Une minute de silence a été demandée et obtenue pour les victimes du Pays des Cèdres.

On ne pouvait, mardi soir, qu’être de tout cœur avec ces manifestants pour la paix, comme nous étions dans les années 60 avec celles et ceux qui demandaient que l’on arrête les massacres au Vietnam.
Cela nous aurait rempli le cœur d’une certaine fraîcheur si, au même moment, celles et ceux qui à quelques mètres de là s’amusaient sur l’espace « Liège sur sable » s’étaient arrêtés pour aussi apporter leur soutien. Et quand une jeune fille d’une vingtaine d’année vient vous demander : « Mais pourquoi manifestent-ils ? », on en reste évidemment un peu pantois…

Pour rester objectif, nous vous conseillons de lire l’excellent historique du « problème palestinien » sur le site de l’encyclopédie Wikipédia en cliquant ICI.
On pourra se faire une idée de: qui est qui, dans cette tragédie qui date des années 1920. Qui sont des terroristes, qui sont des résistants? Et rappelez-vous qu'en 1940, pour l'occupant nazi, les résistants étaient aussi des terroristes.





Gaston LECOCQ