• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3172085

Société

Mis en ligne le 20/07/2006

Proche-Orient : une seule force de frappe : les missiles de la paix

Les images et reportages qui nous viennent du Liban ont la couleur de la bêtise humaine et de la désespérance. Ce n’est d’ailleurs pas uniquement le Liban qui subit le poids des armes, mais aussi toutes les populations qui se retrouvent dans ce cercle politico militariste. Les familles de Haïfa comme les familles de Beyrouth.
Les armes de destruction individuelles, les armes de destruction massive, le terrorisme individuel qui se nourrit de ses martyrs endoctrinés et les forces de frappe anonymes venues du ciel ou tirées par une armée d’Etat, tout cela n’est qu’une logique d’autodestruction de soi-même.

Ce chaos est d’autant plus dangereux qu’il transporte avec lui le gaz puissant de l’indifférence. L’Afrique se meurt de ses luttes fratricides, politiques et économiques, le Moyen Orient s’embrase depuis 1947 lorsqu’une fois encore on a décidé le bonheur des peuples sans qu’ils soient réellement consultés…..

Qu’importe l’analyse des responsabilités, elles sont d’ailleurs historiques, émotionnelles, machiavéliquement politiques. Un Hezbollah, un faucon israélien, un état libanais sous dépendance et influence, un aigle syrien, un montreur de marionnettiste iranien,une matrioscka russe, des pleureuses européennes et un cow-boy américain…

Reste encore le gaz toxique, celui de l’indifférence, le « laisser les se tuer entre eux », l’image d’horreur qui devient banalité et qui se confond avec le film catastrophe ou le feuilleton qui oppose les spécialistes de la démocratie aux tordus du terrorisme.

Cela s’est absolument à éviter. Nous devons être des passeurs de paix, des acteurs de la vie est plus importante que la mort. Le philosophe Unamuno le rappela en pleine guerre civile espagnole.

Oui nous sommes tous Libanais, oui nous sommes tous Israéliens, oui nous sommes tous Chrétiens maronites, Juifs arabes, Musulmans du Moyen Orient
Souvenons nous des mouvements des femmes pour la paix, à chaque conflit majeur qui a secoué un endroit de la planète ou un autre.

Nous avons un devoir d’ingérence, celui de convaincre notre gouvernement, nos partis politiques toutes couleurs confondues, notre monde associatif et citoyen de ne plus laisser passer la guerre. D’être des forces de paix. Seuls les missiles de la paix pourront faire barrage à tous les engins de mort.


Madeleine Mairlot et Jean-Pierre Keimeul