• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3125345

Politique

Mis en ligne le 08/07/2006

Communales : Partis, c’est parti …


Dès ce samedi 8 juillet, en Région Wallonne, tout comme en Région de Bruxelles et en région Flamande, les candidats aux élections communales sont en campagne. La pêche aux voix est officiellement ouverte. Tous les électeurs wallons ont reçu, par courrier, un petit fascicule intitulé « Le Dico des électeurs ». Neuf pages explicatives de mots allant de « Administration communale » à « Vote électronique ou automatisé » en passant notamment par « Bourgmestre » et autres « Personnes à mobilité réduite ». Pour être tout à fait certain que les électeurs comprennent bien ces neuf pages explicatives, deux ministres expliquent en deux pages en quoi consistent le Dico…

Pour y voir plus clair

Dans le « Dico », à la page 7, il est écrit : « un bulletin de vote agrandi à 150% de sa taille normale est (…) prévu ». N’en déduisez pas que le secret du vote des handicapés de la vue est susceptible d’être violé. Mais comme nous a aimablement expliqué David Grasso, attaché de presse du ministre Philippe Courard, en charge des Affaires intérieures et de la Fonction publique au sein du Gouvernement Wallon : « le bulletin remis aux électeurs est le même pour tous. L’électeur malvoyant qui en fait la demande reçoit en même temps que son bulletin une reproduction à 150% qui l’aide à poser son vote. Lorsqu’il a accompli son devoir électoral, l’électeur restitue la reproduction en question au président du bureau de vote et met son bulletin dans l’urne ».

Le vote électronique ? Essentiellement, en province de Liège

En Région Wallonne, pour des raisons d’économie, ces élections communales tout comme les provinciales marquent un net retour au vote papier au détriment du vote électronique. Sur les 262 communes wallonnes, il n’y aura que 39 entités à proposer l’écran d’ordinateur. Parmi ces 39, Verlaine qui a servi de commune pilote en son temps. Il y a trois communes hennuyères – Lens, Jurbise, Frasne-lez-Anvaing -, une luxembourgeoise – Durbuy -, les vingt-quatre communes de l’arrondissement de Liège, les neuf communes germanophones et pour que le compte soit bon, Villers-le-Bouillet.

879 postes de conseillers seront attribués un peu plus tôt que les 4333 autres. Attendre un résultat sans impatience est une vertu requise pour qui brigue ! En 2006, les candidats sont gâtés. Dans trente-trois communes wallonnes, il y a place pour deux conseillers supplémentaires. Dans les autres communes, sauf à Honnelles, dans le Hainaut, qui se voit amputer de deux conseillers, le nombre de conseillers à élire reste identique à octobre 2000.

Le vote élargi, c’est restreint

Le nombre de conseillers à élire dépend du nombre d’habitants régulièrement inscrits. Dans ce nombre ne figure donc pas les « sans papiers ». L’importance de ceux-ci n’est pas à négliger. Début de cette semaine, prenant la parole au « Forum Europe des Cultures », dans les locaux du Parlement Bruxellois, le Ministre-Président Charles Picqué a estimé ce nombre de « sans papiers » à … quatre vingt mille.

Afin de faire mieux coïncider le nombre d’habitants régulièrement inscrits avec un plus grand nombre d’électeurs, le droit de vote aux élections communales est acquis aux non-Belges qu’ils soient originaires de l’Union européenne ou non à la condition de le demander avant le 1er août 2006 et de répondre à certains critères développés dans « le dico aux électeurs ». Franchement, qu’ils soient originaires de l’Union européenne ou non, ce n’est pas la ruée au guichet.

Les communes ont de la classe

En Région Wallonne, les 262 communes figurent dans un classement comportant vingt-cinq niveaux. Ainsi, la classe 1 est réservée aux communes « de moins de 1000 habitants » ce qui donne droit à l’élection de sept conseillers parmi lesquels sont choisis deux échevins. Nulle commune wallonne en classe 1, une seule en classe 2, Rouvroy dans le Luxembourg. La classe 25 est attribuée aux communes « de 300000 et plus ». On peut toujours rêver. Avec 201373 habitants, à la date du 1er janvier 2005, Charleroi est la seule ville wallonne de classe 23 qui comprend les communes de 200000 à 249999 habitants (10 échevins, 51 conseillers). Liège avec ses 185574 habitants est dans la classe 22. Si sa population diminue en dessous de 149999 et se maintient au-dessus de 100000, Liège serait en classe 21. Elle garderait ses 9 échevins mais ses conseillers passeraient de 49 à 47.

Le « miracle » de Notre-Dame de la Sarte

La classe 11 comprend les communes de 20000 habitants à 24999. La classe 11 confère 6 échevins et 27 conseillers alors que la classe 10 ne confère que 5 échevins et 25 conseillers.

La ville de Huy s’est réveillé le 1er janvier 2005 – la date fatidique - avec, pile, poil 20000 habitants ! Nous souhaitions connaître le nom de cette fameuse personne qui est la vingt-millième hutoise. Au service de la population, au nom de la protection de la vie privée, on a refusé toute divulgation de ce hasard bénéfique. Comme ce « 20000 » tient davantage du miracle que du hasard, nous l’attribuerons à Notre-Dame de la Sarte qui pleine de fécondité a porté la population hutoise, ce 8 juillet 2006, à 20089 personnes…

Vingt conseillers communaux supplémentaires en province de Liège

Dans la province de Liège, 10 communes bénéficient d’une augmentation de 2 conseillers chacune. Il y a Huy (27), Soumagne (25), Amblève (17), Aubel (15), Baelen (15), Lontzen (17), Saint-Vith (21), Welkenraedt (21), Fexhe-le-Haut-Clocher (13), Remicourt (17). Les communes d’Amblève, de Lontzen et d’Aywaille voient également leur effectif scabinal augmenter d’une unité. Point de miracle à Lontzen et Amblève. Au 1er janvier 2005, la population de Lontzen est de 5059 et celle d’Amblève de 5255.
Cette augmentation du nombre de conseillers est sans risque majeur pour les majorités en place à Amblève (G.I.), Aubel (A.D.), Baelen (Union), Fexhe-le-Haut-Clocher (N.E.C.), Remicourt (PS), Soumagne (PS et Charles Janssens peut espérer dépasser les 3000 voix nominatives), Aywaille (E.C.). En revanche, la même quiétude n’est pas nécessairement de mise à Huy (PS), Welkenraedt (PS.IC), Lontzen (Union), Saint-Vith (Krings).

A Lincent, on pense déjà à 2012

Dans la préparation des élections d’octobre 2012, les édiles de Lincent feront bien de veiller à passer de la classe 3 à la classe 4. D’ici le 1er janvier 2011, il doit y avoir moyen, sans recourir à Notre-Dame de la Sarte, de passer de 2963 habitants à 3000 et de 11 conseillers à 13.





Pierre ANDRE